Articles tagués Philosophie de l’information

Qu’est ce que l’information ?

Introduction

information-100Si nous nous intéressons à la nature même de l’information, il s’avère utile de prendre en compte à la fois ses aspects physiques et ses aspects sémantiques. Il est nécessaire d’observer conjointement ces deux éléments pour tenter de comprendre le fonctionnement de cet étrange et familier objet d’étude. 

  1. Les aspects physiques décrivent l’émission sous forme de signaux, la nature des messages et des supports, l’encodage de l’information, la propagation dans le temps et dans l’espace, la réception de l’information et son traitement par le récepteur. 
  2. Les aspects sémantiques décrivent le cadre dans lequel ces informations prennent sens. L’information ne se transforme en communication que dans un contexte particulier, dans un environnement spécial marqué par des limites qui  définissent un système.  

Plutôt que d’aborder ces deux sujets de manière classiquement analytique, le choix est fait de les regarder ensemble. C’est l’approche systémique qui est retenue. Nous nous intéressons à la fois au message et au système dans lequel il est échangé, à l’information et à la communication. Précisons quelque peu la notion de système : un exemple simple pourrait être une entreprise. Les éléments du système sont alors les employés. L’information est ce que les membres de l’entreprise échangent via différents canaux pour que le système prospère. Selon les théories de Darwin, le système s’adapte à son environnement ou bien il disparaît pour des raisons internes ou externes. L’objet de ce texte est donc de tenter de mettre en évidence les grandes catégories d’informations et de systèmes dans lesquels les informations prennent un sens. Des systèmes s’opposent couramment à des antisystèmes. Les relations entre ces deux entités sont également riches d’enseignement. Tout antisystème qui s’exprime majoritairement se transforme en système. Le changement apporte à l’ensemble système-antisystème un avantage adaptatif qui favorise la diversité. Mais ce qui semble le plus intéressant dans les systèmes est que ceux-ci disposent de la capacité de changer de manière interne, parfois de manière remarquablement rapide, souvent avec difficulté. Et de tenter de dégager quelques propriétés invariables des informations d’une part, et des systèmes dans lesquels celles-ci circulent.

Quelques liens

Sur Wikipédia : Information, Communication, Approche systémique, UberisationIntelligence ambiante

Système Antisystème Systémique
 systeme  antisysteme  systemique

La théorie de Shannon

Shannon définit en 1948 la nature physique de l’information dans son article « A mathematical Theory of Communication ». Cette étude prend place dans le cadre des aspects théoriques de l’information sociale médiée. Il s’agit d’optimiser le fonctionnement du téléphone, de la radio, de la télévision et des machines à calculer. Shannon définit à cette occasion une unité pour l’information électrique et électronique : le bit. Un schéma général de la transmission de l’information est proposé. Un émetteur encode un message d’information et le transmet à un récepteur via un signal qui transite par un canal. Le récepteur procède au décodage du message. La transmission de l’information est réalisée en présence d’un bruit susceptible d’affecter le signal et la capacité du message à être perçu. En considérant que le message lui-même est un système, Shannon en calcule l’entropie et fournit ainsi une méthode de physique statistique qui permet d’optimiser l’encodage des signaux électriques transitant par les canaux. Nous supposerons que la figure 1 s’avère générale et possible à appliquer à tout type d’information, que celle-ci soit électrique, chimique, sonore ou visuelle, quelque soit le système. Un élément d’un système peut être alternativement source ou destination de l’information.

shannon-model

Diagramme schématique d’un système de communication général

Types d’information

Six différents types d’information sont alors distingués dans ce billet théorique. Les systèmes dans lesquels ces informations sont échangées sont marqués en bleu :

DNA Analysis.

Analyse de l’ADN

1/ L’information génétique / cellule, individu, groupe, population, espèce, biosphère : La vie de l’ensemble des êtres de la planète dépend de l’information génétique inscrite dans des gènes, des chromosomes et des génomes. L’ADN et l’ARN constituent les supports de l’information génétique communs à l’ensemble des êtres vivants, présents dans chaque cellule. Des processus génétiques et épigénétiques jouent un rôle majeur dans le développement, l’homéostasie et l’adaptation des individus, des groupes et des espèces à leur environnement. Une variété de molécules jouent le rôle de messages microscopiques qui rendent possible le fonctionnement synchronisé des cellules. Chez les animaux et l’homme, des cellules différenciées forment des systèmes (immunitaire, cardio-vasculaires et autres) qui communiquent entre eux et avec l’environnement de manière automatique.

brain

Le cerveau est l’organe le plus important… selon le cerveau

2/ L’information neurologique / individu, espèce : Les animaux et les hommes présentent des capacités remarquables à traiter de grandes quantités d’informations, à éprouver des sensations et des émotions qui peuvent être mémorisées et communiquées. Ces possibilités sont liées au développement au cours de l’évolution et du cycle de vie d’un système nerveux complexe, impliqué dans des fonctions vitales, motrices, sensorielles et logiques. Le fonctionnement de l’encéphale dépend de l’activité de groupes de neurones qui forment des réseaux spécialisés dans la réalisation de différentes activités physiologiques. L’influx nerveux de nature électrique et biochimique rend possible des actions réflexes, non intentionnelles, ou bien au contraire rationnelles, poursuivies sur le long terme, sur la base de connaissances acquises.

bright-320

Personne n’a abimé sa vue en regardant le bon côté des choses

3/ L’information directe / individu, groupe, population, société, nation : Perçue de manière directe, sans nécessité d’un dispositif technique, l’information directe est échangée chez les hommes et les animaux dès le plus jeune âge. Ces échanges s’avèrent vitaux pour la constitution des individus, des groupes et des espèces. Des informations fixes ou mouvantes viennent guider les actions individuelles ou collectives réalisées en interaction avec l’environnement. Chez l’homme, liées aux sphères personnelles, professionnelles et privées, des informations individuelles et de groupe sont gérées. Des langues, des codes, des conventions, des habitudes et des lois font partie des outils à acquérir et mémoriser pour communiquer. Des moments et des lieux s’avèrent particulièrement favorables aux échanges, accompagnant le travail et les loisirs, le jeu et le rêve.

thinner-book-320

Vous avez l’air vraiment plus mince… Merci, on m’a enlevé mon appendice

4/ L’information médiée traditionnelle / individu, groupe, population, société, nation : Spécifiquement humaine, l’information médiée participe grandement au développement et à l’homéostasie chez l’homme. Les objets d’information traditionnels tels que les livres, les journaux et les correspondances présentent de nombreux atouts liés à leur manipulation aisée. La radio, la télévision et le cinéma sont considérés dans ce billet comme de tels médias. Ce type d’information est constitué de dessins, de logos, de publicités, d’informations écrites en différentes langues, d’émissions radiophoniques et télévisuelles. Il s’agit d’images fixes et animées, enregistrées et véhiculées sur une variété de supports, de pages, d’étiquettes, de panneaux, d’affiches et d’écrans. Certains messages d’information dont la durée de vie souhaitée est plus longue sont entreposés dans des bibliothèques, des archives et des musées dont la gestion incombe aux individus, aux villages et villes, aux institutions et aux états.

ancestors-tails-320

C’est exact, chérie, nos ancêtres avaient une queue.

5/ Les machines, l’information médiée numérique / individu, groupe, population, société, nation, biosphère : L’homme est assisté dans ses travaux et ses loisirs par de nombreuses machines comme par exemple des voitures ou des ordinateurs qui augmentent ses possibilités physiques et intellectuelles. Des capteurs constituent en quelque sorte les organes des sens de ces machines. Tout signal transmis est susceptible d’être transformé en un flux binaire qui facilite grandement la transmission, l’acquisition, la mémorisation et le traitement des données. Les microscopes, télescopes et appareils photos voient ainsi leurs performances notablement améliorées. Les ordinateurs, les smartphones, les drones, les bots et les robots rendent possible l’échange de mails, la recherche d’information, la réalisation de tâches répétitives ou impossibles à réaliser autrement. Des machines dédiées au calcul permettent encore la simulation de systèmes en vue de valider des modèles et de s’essayer à la prévision. La manipulation de grands volumes de données rend possible de nouvelles techniques comme l’intelligence artificielle dont des applications incluent la reconnaissance automatique des voix et des visages ou la traduction automatique des textes. Des maîtres d’école, des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’oeuvre partagent des informations sur des blogs et sur des plateformes comme Wikipédia et GitHub, accessibles via les réseaux téléphoniques et Internet. 

money-320

Restes avec moi ce mois, s’il te plait !

6/ La monnaie / individu, groupe, population, société, nation : Dernier petit détail intéressant dans le cadre des échanges de biens et de services, l’argent peut être considéré comme une information sociale de caractère numérique. Parmi les supports possibles, les métaux, le papier et la base de donnée sécurisée se distinguent. La monnaie est une information spéciale en ce sens qu’elle sert à l’échange de biens et de services, de matière, d’énergie et de travail. Sa valeur réside dans l’échange qu’elle facilite. L’authenticité de la monnaie et la préservation du support sont garantis par les banques sous le contrôle des états et des lois. Dans le cas nouveau des crypto-monnaies, l’authenticité est assurées de manière algorithmique, par la chaîne de blocs. La confiance ou son absence en un système monétaire reste une méta-information dont le caractère est typiquement humain, psychologique et légal. Elle découle des pratiques des individus, des banques et des états.

Accès, valeur et coût, cycle de vie de l’information

L’émission d’information n’apparaît pas être un acte neutre. L’info présente toujours un aspect ciblé. Des éléments ou bien un public particulier sont visés avec une part d’incertitude quant à la perception ou la réception liée à de multiples facteurs. Un codage particulier est susceptible de conférer à un message un aspect confidentiel. Seul le public visé est alors informé. L’accès à l’information ciblée et décodée lui donne alors de la valeur. Utilisée notamment en philosophie, en sciences économiques et en sciences sociales, le concept de valeur qualifie fréquemment des individus ou des biens matériels et immatériels, incluant l’information. La production de l’information quelque soit sa nature représente encore un coût, régulé possiblement par les lois du marché. Tout comme les êtres vivants, l’information naît, vit et meurt. Elle suit un cycle de vie susceptible d’influer grandement sur les coûts et les valeurs.

Conclusion

Qu’elle soit de nature (bio)chimique, (bio)physique ou (bio)électrique, l’information semble avoir été façonnée au cours du temps afin d’optimiser trois fonctions différentes : la transmission, la mémorisation et la réalisation d’opérations logiques. L’information est donc l’élément qui confère à un système la capacité de s’auto-organiser, autrement dit d’agir sur l’environnement pour diminuer son entropie, ou bien encore pour augmenter son ordre interne. Que l’information soit naturelle ou culturelle, les systèmes acquièrent au cours du temps des mécanismes qui leurs permettent de se « connaitre » eux-même, en relation avec leur environnement. Proposer dès lors une information sur l’information relativement complète, une communication sur la communication, une systématique des systèmes, nécessite sans doute plus qu’un billet de blog ! En relation avec l’énergie et la matière qu’il s’agit d’utiliser judicieusement, les systèmes servent de décor à des réservoirs et à des flux d’information multiformes. La systémique apporte une méthode expérimentale susceptible de faciliter la transition de sociétés mécaniques centralisées et uniformes à des sociétés qu’il faut sans doute souhaiter plus organiques, à intelligence distribuée.

iambiante

Exemple d’information graphique

L’information avec le temps est ce qui nous forme et nous transforme. En 2010 et 2011, Jean Giraud alias Mœbius présente une exposition intitulée “Exposition Mœbius, Transe Forme”. Quelques dessins  de l’artiste à l’oeuvre foisonnante et multiforme viennent poursuivre ce billet.

Site officiel : https://www.moebius.fr/

moebius

Fabrication de l’information médiée, d’après l’affiche originale de « Transe Forme »

72_1444_tomos-b-im-accueil.gif

lincal-de-moebius

moebius_23

winter.png

In Search of Moebius (BBC 4 Documentary) : https://www.youtube.com/watch?v=jNas99oEXBU

La bande à Mœbius : https://www.youtube.com/watch?v=EGV1IgSbfa0, Henri Paul de Saint-Gervais, 2016/12/29

Exemples d’information textuelle

Dispositif de lecture à distance par Paul Otlet 

« On peut imaginer le télescope électrique, permettant de lire de chez soi des livres exposés dans la salle teleg des grandes bibliothèques, aux pages demandées d’avance. Ce sera le livre téléphoté. »

Otlet Paul, Traité de documentation : le livre sur le livre, théorie et pratique, Bruxelles, Editions Mundaneum, 1934

Un appareil personnel d’après Vanevar Busch

« Imaginons un appareil de l’avenir à usage individuel, une sorte de classeur et de bibliothèque personnels et mécaniques. Il lui faut un nom et créons-en un au hasard, « memex » fera l’affaire. Un memex, c’est un appareil dans lequel une personne stocke tous ses livres, ses archives et sa correspondance, et qui est automatisé de façon à permettre la consultation à une vitesse énorme et avec une grande souplesse. Il s’agit d’un supplément agrandi et intime de sa mémoire. »

Vannevar Bush, As we may think, The Atlantic Monthly, Washington d.c., 1945

What is time, Mr Claude Shannon ?

We know the past but cannot control it. We control the future but cannot know it.

Nous connaissons le passé mais nous ne pouvons pas le contrôler. Nous contrôlons le futur mais nous ne pouvons pas le connaitre.

Un message contenant du bruit et cependant lisible

Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire lteetrs sinoet à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porblmèe. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Exemple d’information audio

WITHIN, (En…, A l’intérieur de …) Ian Clarke : https://www.youtube.com/watch?v=Y6U-vE8YKE0

Illustrations : Wikipédia, quelque part sur le web.

[A suivre… ]

Vous êtes susceptible de voir ci-dessous une publicité qui finance le logiciel libre WordPress.

Poster un commentaire