De la doc à l’archivage

Le terme d’archives – à employer au pluriel de préférence – s’avère plutôt général. Tout le monde peut se montrer concerné par la préservation de ses papiers, photos et vidéos. Des documents permettent pour certains de répondre aux exigences administratives, pour d’autres d’étendre la mémoire individuelle en quelque sorte. Lorsque les archives sont celles d’entreprises, d’institutions et de collectivités, cela se complique du fait des volumes, des normes à mettre en œuvre, des contraintes légales et informatiques. Ce sont des sortes de mémoires collectives qu’il convient d’élaborer et de gérer sur le long terme et dont la tenue est susceptible d’impacter le devenir des organisations.

Le passage du document traditionnel au document numérique constitue pour les archives un changement majeur. Cependant, cette transformation ne concerne bien souvent qu’une faible part de l’antériorité. Si le passage au numérique nécessite de nouvelles actions, certaines problématiques restent inchangées. Les documents à préserver peuvent être de différents types : texte (papier, manuscrit, tapuscrit, imprimé, microfilm, jpg, txt, doc, tex, pdf, message électronique), image (peinture, plaque de verre, négatif, diapo, jpg, png), base de données (fichier de notices cartonnées, données sur CD-ROM ou sur bande, csv, xml, rdf, sql), son et vidéo (disque, film, bande magnétique, CD-ROM, mov, mp4, avi, webm), 3D (maquette, sculpture, obj, x3d, dae) ou bien multimédia (html). À chaque document sont associées des métadonnées de création, de préservation et descriptives des contenus.

Plusieurs paramètres entrent en compte lors du choix d’un logiciel dédié à la documentation, à l’archivage et à la preuve ou bien à la valorisation des données numériques. Les usages doivent être distingués. S’agit-il de stocker des documents dans des cartons, des classeurs ou des répertoires informatiques, de leurs associer des métadonnées, de classer et d’archiver dans les règles de l’art pour un usage strictement interne et légal, ou bien d’exposer une petite sélection de documents, de les faire connaître le plus largement possible ? Des catégories distinctes de logiciels répondent à différents besoins qui vont du stockage à la sauvegarde et à la preuve en accès restreint, sans oublier la valorisation sur le web et la diffusion en licence ouverte.

L’hébergement, le langage et le framework utilisé, l’architecture de l’application, la gestion des thèmes et des langues, le moteur de recherche, la présence d’API, la facilité de migration, le respect des standards, la gestion des empreintes des fichiers numériques doivent être examinés. Certaines applications incluent la possibilité d’associer à chaque fichier une somme de contrôle nécessaire pour apporter la preuve qu’un fichier n’a pas été modifié. Des rôles joués par différents intervenants de même que des flux de travail peuvent être configurés. En ce qui concerne les codes sources des logiciels, il est possible de distinguer les logiciels propriétaires payants, les logiciels gratuits (mais propriétaires) et les logiciels libres. Dans ce dernier cas, l’organisation et l’importance de la communauté des développeurs de même que la nature des licences doivent être pris en considération. Des intégrateurs de ces solutions peuvent être choisis.

Côté services et hébergement, la fiabilité des organismes qui gèrent les serveurs et clouds, de même que des aspects commerciaux, politiques et juridiques (cloud propriétaire ou commercial, souverain ou non), l’ancienneté sur le marché entrent en jeu. Moteurs en quelque sorte de l’archivage, des normes, des standards et des législations imposent leurs règles. Les coffres-forts numériques constituent une classe particulière de services souvent mis en œuvre par des banques. Ces espaces sécurisés sont susceptibles de contenir des papiers d’identité, des bulletins de salaire, des dossiers médicaux et ce genre de document à valeur probatoire. Des audits payants permettent de vérifier que les rôles de chacun des intervenants se trouvent correctement assignés, que les tâches nécessaires sont correctement effectuées.

Mais au final, quelque soit les objectifs, le paramètre le plus important reste bien souvent l’expérience éprouvée par l’utilisateur, que celui-ci soit documentaliste, archiviste professionnel, secrétaire, informaticien employé d’une entreprise ou d’une administration, le grand-public. Des aspects esthétiques ou ergonomiques, l’originalité et la pertinence des contenus, le temps de réponse, l’ergonomie et les fonctionnalités du moteur, la fiabilité et la sécurité sur le long terme entrent en jeu. L’organisation et la puissance des communautés de même que pour certains logiciels, la publicité et les actions de marketing peuvent guider des choix. Une sélection d’outils et de liens est ici proposée. Très bonne gestion de vos données, de vos documents et de vos archives !

Mise à jour 11/2020.

  1. Documents personnels
  2. Gestion de la documentation
  3. Logiciels de l’archivage
  4. Logiciels de valorisation des documents
  5. Les services pour le public et le privé
  6. Outils et ressources informatiques
    • 6.1 Outils généraux
    • 6.2 Logiciels connexes de l’archivage
  7. Des communautés
    • 7.1 Organismes institutionnels français
    • 7.2 Organismes européens et internationaux
    • 7.3 Revues, associations, conseil et certification
    • 7.4 Blogs d’archivistes
    • 7.5 Répertoires et veille
Site des Archives municipales de Nancy motorisé par Bach d’Anaphore : Lien

1. Documents personnels

Un système de fichier doublé d’un tableau de métadonnées suffisent en théorie pour bâtir n’importe quelle bibliothèque numérique. Mais dans la pratique, quelques autres outils apportent une aide complémentaire, qu’il s’agisse d’organiser les sauvegardes, de classer ou bien de numériser, de garder confidentiel ou bien au contraire de partager vos précieux papiers, clichés et vidéos. Il convient pour un usage personnel que tout cela soit gratuit et fourni en équipement de base du PC ou du smartphone.

  • Photos Microsoft (2018) est l’application de gestion de photos et d’images officielle de Microsoft. Disponible pour les PC sous Windows 10 uniquement, le logiciel permet de visualiser, organiser, et modifier les clichés. L’application rassemble au sein d’une interface unique photos et vidéos. Elles sert à importer les images depuis les appareils photo, caméras et smartphones. Il est ensuite possible de créer des albums photo. Un éditeur intégré permet de réaliser des retouches basiques : Lien
  • Photos macOS, voisin de Microsoft, à moins que ce ne soit l’inverse : Lien
  • Paint.net sous Windows, C#, pour retoucher aisément vos photos : Lien
  • XnViewMP, C et Qt, tous OS, gratuiciel. Gestionnaire de photos, explorateur, visualiseur et convertisseur. Lien, Doc, Tutoriel vidéo 4:56
  • Tropy : Ce logiciel produit par le RRCHNM pour gérer les photographies d’archives est développé pour la recherche. Son nom fait référence à l’entropie et le logiciel ambitionne de fournir un cadre pour « créer de l’ordre » dans une masse de documents. Il permet d’importer, d’organiser les photos en dossiers et sous-dossiers. Des métadonnées, commentaires, transcriptions, traductions et liens peuvent être ajoutés : Lien, Doc
  • Zotero : Le gestionnaire de références bibliographiques du RRCHNM se décline en plusieurs logiciels et modules gratuits. Zotero standalone : logiciel pour tous OS. Zotero en ligne : synchronisation des données entre appareils, ou bien gestion collective d’une bibliothèque. Connecteur navigateur : acquisition de références bibliographiques via Chrome, FireFox, Safari, Edge. Plugins pour traitements de texte : ajout de références bibliographiques via Word, LibreOffice, GoogleDocs. Zotero en ligne, Code source, Wiki, Doc, Tutoriel vidéo 6:46
  • Google Drive : connexion via Google : Lien
  • FlickR : plateforme cloud pour diffuser, partager et classer des photos (connexion via Yahoo…) : Lien
  • Sauvegarde, Wiki ubuntu-fr : Lien

2. Gestion de la documentation

La documentation et son organisation constituent l’un des éléments stratégiques des entreprises comme des administrations. Les systèmes de gestion décentralisés, dans lesquels la main est donnée à l’utilisateur se distinguent des systèmes centralisés dans lesquels des rangements sont organisés et partagés.

2.1 Logiciels de stockage et partage en ligne

Un système de stockage et de partage de fichier dans un cloud analogue en fonctionnalités à ce que propose Dropbox, Google Drive, Microsoft OneDrive ou Apple iCloud peut être aisément mis en place par tout organisme. Des logiciels comme OwnCloud ou FileRun rendent possible la construction de votre propre service cloud à destination des membres de votre organisation. Les fichiers se trouvent rangés dans une arborescence aisée à gérer par l’utilisateur final. Le protocole WebDAV est supporté si bien que l’accès aux documents distants devient possible à l’aide du gestionnaire de fichiers de l’ordinateur. Un logiciel de bureau additionnel et facultatif permet la synchronisation entre les contenus sur le cloud, sur l’ordinateur ou le smartphone.

2.2 Gestion électronique des documents (GED)

Les solutions GED se montrent spécialement destinées aux entreprises et aux administrations de toutes tailles qui souhaitent centraliser leur documentation et offrir des fonctionnalités de travail collaboratif. Les documents d’archives à préservation courante et intermédiaire (factures, contrats, papiers liés au fonctionnement) doivent être centralisés et rendus accessibles à un nombre déterminé de personnes de confiance.

L’application GED facilite le classement et la recherche en mode plein texte. Un moteur de workflow permet de valider les documents et leurs versions, de gérer les droits d’accès. Ces systèmes se caractérisent par leur aspect payant et par une certaine complexité en matière de déploiement. Le choix entre un système hébergé par l’entreprise et localisé chez l’éditeur est possible. Les grands acteurs de l’informatique se positionnent nombreux sur ce segment. Seules des entreprises et associations mettant à disposition une version open source de leur logiciel sont ici mentionnées. Des sociétés de service spécialisées assurent le déploiement.

3. Logiciels de l’archivage

L’administration assure l’archivage sur le long terme d’une variété de documents administratifs généralement rangés en carton et comptabilisés en mètres linéaires ou bien au format nativement électronique. La présence d’archivistes professionnels s’avère alors nécessaire pour gérer ces impressionnants et parfois anciens fonds documentaires. Ces spécialistes apportent un savoir-faire spécifique dans la connaissance des règlements, dans la gestion des fonds et la mise en œuvre des recommandations et normes internationales.

Les standards de métadonnées Encoded Archival Description (EAD), Encoded Archival Context (EAC), Metadata Encoding and Transmission Standard (METS) se trouvent largement adoptés. Deux standards concernent l’interopérabilité et les échanges de données entre archives : Standard d’échange de données pour l’archivage (SEDA) de même que Content Management Interoperability Services (CMIS).

Le secteur privé obéit de son côté à des obligations légales et à des contraintes organisationnelles. L’archivage s’avère nécessaire à la survie économique de l’entreprise, concerne l’ensemble des services et revêt donc un aspect stratégique, susceptible de fournir un avantage concurrentiel. Les entreprises se trouvent également sujettes à des fusions, scissions et acquisitions lors desquelles les archives se trouvent fortement remaniées.

Sous l’influence américaine, le Records Management émerge en France dans les années 60. Le terme de Record désigne un document enregistré selon des normes particulières. Des prestataires de services se montrent susceptibles d’apporter une aide. Secteurs publics et privés partagent un certain nombre de nécessités et d’outils.

L’émergence de fonds nativement numériques nécessite de nouvelles actions.

  • Norme générale et internationale de description archivistique ISAD(G) : Lien
  • Description des manuscrits et fonds d’archives modernes et contemporains en bibliothèque (DeMArch), AFNOR : Lien
  • Description archivistique encodée (EAD) : Lien
  • DTD Encoded Archival Context (EAC) : Lien
  • Metadata Encoding and Transmission Standard (METS) : Lien
  • Standard d’échange de données pour l’archivage – SEDA : Lien
  • Standard Content Management Interoperability Services – CMIS : Lien
  • Records management : Lien
  • Les archives d’entreprises en France, Roger Nougaret, Henri Zuber, 2006 : Lien

3.1 Archives publiques françaises

Logiciels spécifiquement destinés aux archives des collectivités territoriales françaises, possiblement aux entreprises.

  • Archives publiques en France
  • NF Z 40-350, externalisation : Lien
  • Listes de prestataires agréés pour la conservation d’archives publiques courantes et intermédiaires sur support papier, 2021 : Lien
  • as@lae, PHP, Collectivités territoriales, région Aquitaine, Standard d’échange SEDA (standard d’échange de données pour l’archivage), ADULLACT Projet
  • Anaphore – Société de service spécialisée archives publiques, auteur du logiciel propriétaire Arkhéïa, moteur de recherche opensource Bach
  • OCTAVE, FranceArchives. OCTAVE permet d’importer une arborescence de fichiers, tirée d’un serveur, d’un disque dur ou d’un support amovible. Enfin, il permet plusieurs types d’exports : métadonnées en csv ou xml selon les systèmes préférés pour les gérer ensuite, bordereau d’élimination, de restitution ou de récolement en pdf, rapport d’exécution en csv, sans oublier les paquets traités au format SEDA1.0 ou 2.1.
  • Vitam – programme interministériel d’archivage numérique (java, openSource) : https://www.programmevitam.fr/

3.2 Logiciels libres avec métadonnées en EAD

  • AtoM est un logiciel de gestion archivistique dont l’acronyme signifie Access to Memory. La plateforme web de gestion archivistique implémente les différentes normes émises par l’ICA. Elle est construite avec des outils open source (Apache, MySQL, PHP, symfony, Qubit, Elasticsearch). AtoM supporte les formats: EAD, EAC-CPF, CSV, SKOS. Développé par Artefactual, société canadienne éditrice également d’Archivemetica, une plateforme dédiée à la préservation à long terme des objets numériques.
  • Maarch RM pour Record Management implémente les normes métier et cible le privé et le public. Ce logiciel libre est disponible sous Github et Docker. Logiciel libre basé sur PHP, PostgreSQL, javascript et Angular. Archives publiques et privées, éligibilité à un agrément du SIAF, support de SEDA, le format d’échange de documents d’archives.
  • Pleade est un logiciel libre dédié à la publication et à la diffusion sur le web de documents numériques (documents d’archives, presse ancienne numérisée) accompagnés de leur métadonnées structurées en XML. Les formats principaux importés dans la plateforme sont EAD, EAC pour les archives, MARC et ALTO pour les bibliothèques de même que METS. La plateforme écrite en langage Java intègre les fonctionnalités d’Apache Cocoon Tomcat et du moteur SDX. Société AJLSM et Anaphore; ex : Jubilothèque (Bibliothèque UPMC). Salamandre (Collège de France), Pandor (Université de Bourgogne, MSH Dijon)

3.3 Archivage électronique des emails

  • L’archivage électronique des emails : la valeur légale (1/4) : Lien

3.4 Les coffres-forts numériques

Les logiciels et services du coffre-fort électronique répondent à des critères stricts. Outre leur sécurité physique, les serveurs de stockage doivent être localisés en France. Ils répondent à des normes nationales et internationales d’archivage (Afnor Z 42-013, ISO 14641-1), de fonctionnalités informatiques (Afnor Z 42-020). Avec des logiciels comme ARCSYS, le document est horodaté lors du dépôt, puis il est tracé : toute consultation, copie ou modification est enregistrée. L’objectif est de pouvoir justifier devant un juge que le document n’a subi aucune modification. Certains services publics comme le Centre informatique national de l’enseignement supérieur (CINES) ou bien les banques se montrent intéressées par cette classe de logiciel.

4. Logiciels de valorisation des documents

Des solutions logicielles permettent de diffuser et valoriser une sélection de documents numérisés. Ce sont des revues électroniques, des documents vidéos, des thèses et rapports, des images en haute résolution, des documents d’intérêt historique, des archives et données numériques d’intérêt public ou privé. Le déploiement et la maintenance sont assurés par le service informatique de l’institution ou bien par des sociétés de service. Quelques solutions libres et commerciales sont ici référencées.

4.1 Logiciels libres pour créer et diffuser les documents d’entreprise ou d’institutions universitaires

Les logiciels libres rencontrent un large succès dans les domaines de l’édition, de la diffusion des données et document, de la gestion des bibliothèques.

4.1.1 archives numériques institutionnelles

  • Archivemetica, doc, Archivematica is an integrated suite of open-source software tools that allows users to process digital objects from ingest to access in compliance with the ISO-OAIS functional model. Python-based Django MVC framework. METS, PREMIS, Dublin Core, BagIt. archives, Par Artefactual, Canada
  • Avalon Media System, documents audio et vidéo. Fedora 4 with core Hydra components, DuraSpace
  • CollectiveAccess, demo, PHP/MySql. archives, musées, bibliothèques
  • CollectionSpace, java, DuraSpace, musées
  • dLibra : partage de documents de bibliothèques publiques polonaises
  • DSpace, wiki, Java, Postgresql, OAI-PMH, OAI-ORE, SWORD, WebDAV, OpenSearch, OpenURL, DuraSpace, @mire : Société de service
  • ePADD, archives historiques de messages électroniques, Stanford University
  • EPrints, wiki, Perl, Dublin Core, University of Southampton
  • Fedora Commons, wiki, spécifications, références, triple store externe, géré par DuraSpace (java)
    • Fedora supports ingest and export of digital objects in a variety of XML formats
    • Digital Objects can be modeled to represent many types of entities from digital texts, publications, photos, videos, and datasets. Digital objects can have associated « behaviors » that can provide different views of the object, or that can produce dynamic transformations of digital object content.
    • supports the ability to assert semantic relationships using RDF. Relationships between objects and within objects can be indexed using a semantic triplestore.
    • Repository Service is based upon four main Application Programming Interfaces (APIs): manage, access, search and metadata harvesting via OAI-PMH.
  • Greenstone, wiki, références – University of Waikato, New Zealand
  • Hyrax, Samverawiki – solution universitaire basée sur FedoraCommons, SolR, Blacklight. Coordination technique : DuraSpace, variante Hyku
  • Invenio, wiki – CERN (CERN, zenodo ) Open Source framework for large-scale digital repositories. Python, javascript
  • Islandora, wiki – University of Prince Edward Island, Canada, références, Drupal + FedoraCommons
  • Kitodo, wiki – Key to Digital Objects, open-source software suite intended to support mass digitization projects for cultural heritage institutions, Göttingen
  • KORA – KORA is an open-source, database-driven, online digital repository application for complex multimedia objects (text, images, audio, video) created by MATRIX. Michigan State University
  • LOCKSS, wiki – préservation de journaux académiques au sein d’un réseau de bibliothèques
  • Mukurtu – (MOOK-oo-too) is a grassroots project aiming to empower communities to manage, share, narrate, and exchange their digital heritage in culturally relevant and ethically-minded ways. Basé sur Drupal, Center for Digital Scholarship and Curation at Washington State University.
  • OAICat – java; Dublin Core, OAI-PMH v2.0 functionality; Bibliothèque, OCLC;
  • OAICatMuseum; java,  CDWA Lite XML, Dublin Core; Musées, OCLC
  • Omeka Classic, wiki; documents d’archives, bibliothèques, musées, bases de données. Dublin Core, gestion des thèmes et plugins. sur ce blog : http://wp.me/p1XOXY-iW,
  • Omeka S, version sémantique et multi-site d’Omeka, Dublin Core, Bibo, intègre les préconisations du web de données, gestion des thèmes et plugins
  • Telemeta – archives sonores, documents audio
  • VuDL – Villanova University repository
  • XTF, références, extension Metadata Hopper, Python – Images et textes, California Digital Library
  • XNAT – Archive d’images en milieu médical, produced by NRG at the Washington University School of Medicine
  • ORI-OAI – PHP/MySql, Dublin Core, OAI-PMH, Archives institutionnelles de thèses par exemple
  • SobekCM : Bibliothèques numérique publiques de Floride
  • VIVO – archives universitaires ouvertes et web sémantique. Exemple de Vivo à l’Université de Floride. Présentation 2013. Réseau de co-auteurs
  • Zenodo – Produit par OpenAIRE, initiative européenne, surcouche d’Invenio (CERN), python

4.1.2 Données de la recherche (ouvertes ou fermées)

Le mouvement d’ouverture des données se trouve légiféré en France et promu en Europe. Les données ouvertes correspondent essentiellement à des tableaux de données aisés à sauvegarder, éventuellement mis à jour et dont la réutilisation est possible. Les formats de mise à disposition sont Excel, CSV, XML, RDF ou JSON-LD, pour la 3D 3DS, SHP, DWG, DXF, pour les données géolocalisées KLM, images satellites et aériennes ECW. Quelques unes des plateformes dédiées :

  • CKAN (Canada) : The Comprehensive Knowledge Archive Network (CKAN) is a web-based open-source management system for the storage and distribution of open data (Python, Javascript). Plateforme dédiée au stockage des données ouvertes, par exemple gouvernementales
  • Dataverse, open source web application to share, preserve, cite, explore and analyze research data, utilisé en France par CIRAD, Data Inra, Ifsttar, Catalogues (CDSP), Sciences Po. Cible les chercheurs, les journaux et les institutions. Support for FAIR Data Principles. Fixity checks for files. SolR, docker, postgres, java, perl
  • InvenioRDM (CERN) : InvenioRDM comes with pre-configured repository profiles for institutional repositories (IRs), research data management (RDM) systems as well as domain-specific repositories for health and biomedical sciences
  • REGARDS (CNES) : A framework and a set of plugins to build scientific archives. REGARDS is primary designed to store data and their metadata from spatial agency on safe storage systems. To do this, the system design leans on the OAIS (Open Archival Information System) recommendation of the CCSDS. Consequently, the system allows high-performance ingestion of data and metadata available from providers, either in standard or non-standard formats.

4.2 Solutions propriétaires pour archives, bibliothèques, musées, administrations et entreprises françaises

Des sociétés de service proposent des logiciels propriétaires et des services de stockage dans le cloud à des entreprises dans les domaines de la banque, des assurances, de l’énergie et des télécommunications, ou bien à des administrations gérant des archives publiques (archives, données de la santé) , des bibliothèques et des musées.

  • Archimaine propose la plateforme Archinoë, une solution mutualisée d’exposition des archives publiques. Le logiciel permet de publier et de mettre en valeur des collections d’archives numérique publiques tout en respectant les normes en vigueur EAD, EAC, SKOS, OAI, SEDA. Les archives de Corrèze par exemple : Démo
  • La société Arkothèque spécialisée dans le domaine des archives publiques Arkothèque, références, archives municipales et départementales, 1 égal 2
  • Arkhéïa, entrées et traitement, récolement, prêts et salle de lecture en archives publiques, moteur Bach open source, Anaphore
  • Avenio, Avenioweb, archives publiques françaises, société Di’X
  • Axiell, bibliothèques, archives et musées
  • CADIC Intégrale 2017, archives, médiathèques, musées, entreprises
  • CONTENTdm, bibliothèques universitaires, OCLC
  • Cortex, archives d’entreprises, Orange Logic
  • DigiTool, bibliothèques, Ex Libris
  • Eloquent Systems, archives, bibliothèques, musées, entreprise, Eloquent
  • Everteam.archive, archives d’entreprise, everteam, non souverain
  • JLB-NET Record, archives et bibliothèques d’entreprise, JLB Informatique
  • Goobi, gestionnaire de projets de numérisation, diffusion et archivage, bibliothèques publiques, Intranda
  • Ligeo Archives – gestion, diffusion et valorisation des documents d’archives publiques françaises
  • LIMB Gallery, INHA, archives publiques (françaises), musées, I2S DigiBook, une solution proposée par Arkhênum
  • Micr’Olonys : Archivage numérique sur film et papier
  • Naoned systèmes, archi­ves publiques, bibliothèques, musées, MNESYS
  • Perfect Memory, archi­ves publiques, bibliothèques, musées, entreprises, open-data et sémantique, non souverain
  • Portico, préservation de revues scientifiques, bibliothèques universitaires
  • ResourceSpace – Montala, photo, audio, vidéo, documents
  • Rosetta, bibliothèques et archives nationales, Ex Libris, auteur de DigiTool et d’une gamme de produits d’informatique documentaire
  • Spark Archives, archives d’entreprise, Klee Group

5. Des services pour le public et le privé

Les administrations nationales et territoriales françaises qui souhaitent archiver sur le web se trouvent contraintes à employer des clouds souverains localisés sur le territoire national. Cloudwatt (porté par Orange et Thales) ou Numergy (porté par SFR Group) sont les deux possibilités actuelles. Mais d’autres sociétés s’alignent sur la liste des prétendants.

5.1 Services d’archivage pour l’enseignement et la recherche

Des services sont fournis à l’enseignement et à la recherche par divers organismes privés et également par des institutions publiques ou à but non lucratif.

  • Archive-It :  Archivage du web, US
  • ArchivesDirect : DuraSpace
  • CINES – Archivage numérique pour l’enseignement supérieur et la recherche avec sa solution PAC
  • Digital Commons; Digital Commons is the leading hosted institutional repository software for universities, colleges, law schools, and research centers; édition électronique, journeaux, livres, conférences ; ex : RIT,
  • Digital Sciences : https://www.digital-science.com/
  • DSpaceDirect is a quick and cost effective hosted service from DuraSpace that allows users to store, organize, and manage DSpace repository content in the cloud, DSpace hébergé, international
  • DuraCloud : DuraSpace, international
  • Erudit – Archivage de revues académiques franco-canadiennes, Canada
  • figshare – figshare is a repository where users can make all of their research outputs available in a citable, shareable and discoverable manner, articles académiques. UK, USA
  • Gallica – BNF; bibbliothèque, archives, France
  • HAL – CNRS; archivage ouvert des articles de la recherche publique, France
  • Huma-Num – CNRS; archivage des données SHS sur les infrastructures du CINES; NAKALA – Huma-Num/CNRS, service d’accès aux données elles-mêmes et services de présentation des métadonnées (Dublin Core) dans un triple store. France
  • i-Revues archive et diffuse des revues scientifiques de toutes disciplines, archivage des données de la recherche, INIST – CNRS
  • Internet Archive (archive.org); Documents numérisés libres de droit d’intérêt historique, Bibliothèque Ste Geneviève
  • NUMDAM – CNRS, Université Joseph Fourier; Numérisation de documents anciens mathématiques
  • Omeka.net – Construction d’une archive basée sur Omeka – Service gratuit
  • Open Repository – BioMed Central, Solution hébergée basée sur DSpace s’adressant aux universités, aux laboratoires et aux oeuvres caritatives
  • PACKED : Centre d’expertise pour le patrimoine numérique
  • Persée – CNRS, Université; Archives de revues de SHS
  • PKP Publishing Services – toutes disciplines scientifiques
  • Revues.org – CNRS; édition et archivage de revues en SHS
  • Société de service : https://zepheira.com/

5.2 Services aux entreprises et administrations, consultants

Des législations particulières concernent les entreprises assujetties à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les administrations. Les factures doivent être conservés pendant un délai de six ans. L’arrêté du 22 mars 2017 détaille les modalités de numérisation des factures papier et les règles de conservation des factures numérisées. Le texte spécifie en résumé les points suivants. Le résultat de la numérisation doit être conforme à l’original en image et en contenu y compris les couleurs. La compression des fichiers doit s’opérer sans perte. L’organisation des fichiers doit être documentée. Les documents préservés au format PDF ou PDF A/3 sont délivrés par des serveurs https. L’empreinte numérique assure que le fichier obtenu n’a pas été modifié. Le fichier est signé électroniquement. L’archivage numérique peut être effectué par l’assujetti ou par un tiers mandaté à cet effet.

Pour le public, l’externalisation devient possible et des agréments délivrés par le Service interministériel des archives de France (SIAF) de même que la norme NF Z 40-350 encadrent la fourniture de services aux administrations. Ces agréments peuvent servir de référence aux entreprises. Le « tiers archivage » autorise depuis 2009 le recours à l’externalisation des archives publiques papier comme numériques. Les données de santé disposent d’un cadre juridique particulier. Quoiqu’il en soit, disposer d’un service localisé non loin des locaux de l’organisation s’avère préférable. A noter que les Archives départementales sont habilitées à conserver des archives d’origine privée.

  • Arrêté du 22 mars 2017 fixant les modalités de numérisation des factures papier en application de l’article L. 102 B du livre des procédures fiscales : Lien
  • SIAF le blog : sur hypotheses.org
  • Centre des archives industrielles et techniques de la Moselle : Lien

Quelques sociétés de services agréées ou non :

6. Outils et ressources informatiques

6.1 Outils généraux

  • WebDAV, une solution pour le transfert de fichiers via votre explorateur vers un cloud. Le cloud apparait comme une unité logique du disque dur et les transferts se trouvent accélérés.
  • Archivists Toolkit : open source archival data management system to provide broad, integrated support for the management of archives

6.2 Logiciels connexes de l’archivage

  • Archon – is a unified platform for archival description and access (Université Illinois)
  • BaOIA – Ce projet a pour objectif d’offrir une boîte à outils d’analyse de données massives pour extraire automatiquement les illustrations localisées dans des journeaux numérisés.
  • Bitcurator – récupération de données numériques anciennes ou dégradées.
  • COPTR – répertoire de logiciels et d’outils employés pour préserver l’information numérique sur le long terme
  • D-NET – DRIVER, Agrégateur de ressources électroniques
  • Logiciels d’exploration des données, et d’analyse qualitative : Sur wikipedia anglais (nVivo)
  • eSciDoc – Max Planck Gesellschaft et FIZ Karlsruhe, environnement de recherche construit autours d’un entrepôt Fedora Commons
  • Elgg – Elgg Foundation, moteur de réseau social
  • iRODS – Système de virtualisation. Permet notamment le déploiement aisé de DSpace et de Fedora, utilisé par la BNF et le CC-IN2P3 (CNRS, TGE Adonis, CINES).
  • NumaHop, plateforme libre de gestion des contenus numérisés de la Bibliothèque Ste Geneviève. Les métadonnées au format EAD et MARC des bibliothèques se trouvent transcodées en Dublin Core simple et étendu.
  • Opentheso – est un logiciel libre de gestion de thésaurus multilingue
  • SafeArchiveData-PASS, Gestion du stockage et des réplications basée sur un réseau LOCKSS
  • Spark Archives
  • Viewshare : génération de chronologies, de cartes et de nuages de données à partir de collections numériques.
  • WebRecorder, Python – archivage du web pour Wayback Machine
  • wizdom.ai – Oxford, moteur de réseau social pour la recherche

7. Des communautés

7.1 Institutions publiques

7.3 Associations et mouvements

7.3 Revues, associations, conseil et certification

7.4 Blogs d’archivistes

7.5 Répertoires et veille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s